Accueil>...>L'actualité

Vos démarches administratives en ligne

L'actualité

La rénovation énergétique des copropriétés : les solutions concrètes

Formation destinée aux copropriétaires - 23 mars 2017 de 9h à 17h 

L’ARENE organise en partenariat avec Énergies POSIT’IF une série de sessions de formation gratuites à destination des copropriétaires sur la rénovation énergétique en copropriété.

Fortement impliquées sur les questions environnementales et sur les enjeux de transition énergétique, les Villes d'Eaubonne, Enghien-les-Bains, Ermont et Saint-Gratien s’associent à l’ARENE et soutiennent les actions de formation et de sensibilisation à destination de ses habitants.

Que vous soyez syndic bénévole, membre d’un conseil syndical ou « simple » copropriétaire, cette formation vous est ouverte.

TOUTES LES INFORMATIONS ICI

 

Le jardin partagé de Saint-Gratien

Le jeudi 5 janvier, les apprentis de la MC TRAITEUR, ont troqué leur uniforme de l'INHAC pour des vêtements chauds et des bottes en caoutchouc, un équipement pour le travail de la terre.

1. Un projet dans l'air du temps

Il s'agit d'un projet pédagogique, né d'un partenariat entre l'INHAC et l'association "Jardin partagé" de Saint-Gratien. Le but est d'intéresser les jeunes cuisiniers au produit local, à la culture bio, au respect des saisons. L'objectif est de composé un repas composé de fruits et de légumes qu'ils auront eux-mêmes cultivés.

2. Etape par étape, au rythme de la nature...

Tout a commencé par une prise de contact avec les membres du bureau de l'association, qui, soutenus par la Mairie de Saint-Gratien, sont venus à la rencontre des acteurs du projet : "nous voulions connaître les attentes des jeunes, voir ce que nous pouvions leur apporter en terme de connaissances et quels étaient les produits qui les intéressaient, pour l'élaboration de leur menu" rapporte Daniel MEUNIER, vice-président de l'association, "et nous avons ciblé ensemble les fruits et les légumes qui arriveront à maturité au moment de la préparation du repas, tout en maintenant la production d'hiver". Epinards, poireaux, blettes, navets, céleri branche, choux... sont déjà là, en attendant les produits printaniers à venir : "des haricots verts, des petits pois, des courgettes et des fraises, bien sûr, mais on aimerait bien aussi travailler en cuisine des variétés un peu originales, comme des tomates de toutes les couleurs" précise Yvan, apprenti traiteur. Frédéric RENAUDIN, formateur de cuisine, encadre les jardiniers en herbe qui ne manquent ni d'enthousiasme, ni d'imagination : des fleurs comestibles à travailler en cuisine, aux plantes aromatiques; les idées ont fusées et ont fait l'objet d'échanges avec les membres du bureau de l'association : "Tout cela est possible " a répondu Daniel MEUNIER, "mais ce qui serait intéressant lorsque vous viendrez au jardin, ce serait de participer à chaque étape importante de l'évolution de ce qui aura été semé ou planté, de savoir reconnaître les différentes variétés de fruits et légumes et de mieux comprendre les différentes pratiques de productions utilisées". 

3. Au commencement était... la terre !

Après une visite guidée de la parcelle, les jeunes traiteurs jardiniers, ont pu commencer à préparer le sol : "nous on veut vraiment toucher la terre" explique Edimilson, "on ne veut pas être de simples observateurs et on sera fiers d'utiliser les produits qu'on aura cultivés nous-mêmes !".

De belles séances d'échanges et du partage des savoirs est à prévoir.

    

  

 

Les ateliers réparation de vélos : durable et solidaires!

 Des ateliers de réparation de vélos gratuits ont été menés sur les quartiers des Raguenets et du Forum les 18 avril et 27 juin. L'association Vélo Services a procédé à la réparation d'une cinquantaine de vélos enfants et adultes. Une manière de promouvoir l'utilisation de modes de déplacements doux sur la ville et la seconde vis des objets: "On répare et ça repart"
Le prochain atelier est prévu le samedi 23 septembre 2017 de 10h à 17h.
Renseignements au 01 34 17 84 53.

 

Des nichoirs pour sauver les arbres

Au mois de mai, une quinzaine de nichoirs à oiseaux ont été installés sur les arbres de la ville afin de prévenir des dommages causés par certaines chenilles parasites. Un moyen écologique, durable et pédagogique de traiter les végétaux !

Après la mineuse du marronnier, la pyrale du buis ou le tigre du platane, le Service, des espaces verts de la Ville pourrait avoir à affronter un adversaire au nom toujours plus impressionnant : la processionnaire du pin ! Cette chenille, qui doit son nom au fait qu’elle se déplace toujours en fi le indienne, est un des plus grands ravageurs forestiers de France. D’un appétit vorace pour les aiguilles de pins et de cèdres, elle provoque un ralentissement de la croissance des arbres et les rend plus vulnérables aux maladies et autres parasites des végétaux. Une éventuelle présence de ce petit lépidoptère dans les arbres gratiennois poserait également des problèmes de santé publique en raison de ses poils urticants et particulièrement allergènes.
Afin de prévenir des ravages que peut causer la processionnaire du pin, le Service des espaces verts a installé au mois de mai quinze nichoirs à oiseaux sur différents arbres de la ville. Répartis en trois endroits : le parc Barrachin, le parc urbain et la place Gambetta, ces nichoirs sont conçus en béton de bois, un matériau naturel, imperméable et particulièrement résistant. À terme, ces petits abris parfaitement adaptés à la nidifi cation, favoriseront la présence d’oiseaux insectivores comme les différentes espèces de mésanges (bleue, charbonnière ou nonette…).
« L’intérêt principal de ces nichoirs est avant tout préventif, explique la chargée de mission en accueillant des oiseaux qui s’attaqueront aux éventuels ravageurs, ils permettent de traiter les arbres de manière naturelle, et favorisent le développement de la biodiversité. Sans oublier le côté ludique : petits et grands pourront, observer les nids, regarder les allées et venues des oiseaux, c’est un réel support pédagogique ». Après avoir vaincu la mineuse du marronnier à l’aide de pièges à phéromones, la Ville fait donc appel aux oiseaux pour protéger ses arbres !

 Aider les familles à réduire leur consommation d’énergie

 

 Dans le cadre des objectifs fixés par l’Agenda 21 de la Ville, un projet d’accompagnement de familles en précarité énergétique a été mis en place pour les aider à réduire au quotidien leur consommation d’électricité et d’eau, coûteuse pour l’environnement et le porte-monnaie.

« Réduire la facture énergétique par une utilisation plus rationnelle de l’énergie et le développement des énergies durables » tel est l’un des objectifs établis par la Ville et formulé dans son Agenda 21.

Pour y parvenir, le Centre Communal d’Action Sociale a mis en place un accompagnement de familles Gratiennoises, ciblées après diagnostic, sous la forme d’éco-gestes et de fournitures de kits (ampoules basse consommation, mousseurs économiques, multiprises à interrupteur…) afin de les aider à réduire leur consommation quotidienne d’énergie.

Cette période de test, étalée sur six mois (de janvier à juin 2015), a permis de constater une diminution supérieure à 40% (facture à l’appui) des consommations en électricité. Les foyers ont également pu observer une stabilisation de leur consommation en eau.
Cette approche vise à créer un lien entre les enjeux du développement durable et des familles les plus modestes, trop souvent impactées par des questions de précarité énergétique. Cette prévention permet d’agir en amont et durablement auprès des foyers les plus fragilisés, en leur permettant d’améliorer leur autonomie financière.
Dans ce cadre, la ville de Saint Gratien contractualisera avec l’espace info-énergie Inven’terre courant janvier 2016 afin de développer trois types d’intervention : l’élargissement du suivi des familles précarisées, la mise en place de permanences info-énergie à destination de tous les Gratiennois (diagnostics, rénovation thermique, dispositifs d’aides financières…) et la création d’un événementiel autour des enjeux de transition énergétique.

Alors éteignez vos lampes et autres appareils électriques en dehors des heures d’utilisation ; lorsque l’on sait que les équipements en veille génèrent jusqu'à 15% de consommation supplémentaire*.

*source ADEME

  • Renseignements au 01 34 17 84 53

Jardin partagé

 Initié en début d’année, le projet de jardin partagé est en train de prendre forme. Cet espace de plantation s’étendra sur 2000m2 en bordure du cimetière. Pour le faire vivre au quotidien, une association a été spécialement créée. Quelques-uns de ses membres nous ont confi é leurs motivations.

Lorsqu’il ouvrira au mois de septembre prochain, le futur jardin partagé, situé à l’angle de l’avenue Hector Berlioz et de la rue de l’Avenir devrait être entre de bonnes mains, plus ou moins vertes selon le profil, des membres de l’association en charge de sa gestion quotidienne. Créée au printemps, cette association regroupe pour l’instant une vingtaine de Gratiennois, d’âges et de profils variés. Parmi eux, Stéphane, 43 ans, habitant du quartier des Raguenets et vice-président de l’association. Pour lui, participer à ce projet est presque une affaire personnelle : "je suis issu d’une famille rurale, mon grand-père était agriculteur. Ce sont des racines, des valeurs que l’on m’a transmises et que je n’ai jamais oubliées. J’avais envie de m’impliquer pour la ville et ce projet à été le déclic. Il y a quelques temps mon épouse et moi avons eu beaucoup de soucis d’ordre personnel, cela nous a fait réfléchir sur le sens du partage et donné l’envie d’apporter quelque chose aux gens. Ce projet est une sorte de thérapie, dans l’idée de faire don de sa personne pour contribuer à quelque chose".

Pas le même métier, mais la même passion
De son côté, Cindy est la benjamine du groupe. À 23 ans, la jeune femme a avant tout souhaité s’impliquer par conviction écologique et goût du bien-manger. "Je suis étudiante en BTS diététique, j’ai un attrait particulier pour l’écologie, le bio, mais je n’y connais pas grand chose en plantations. L’idée est donc d’apprendre ces techniques tout en transmettant aux jeunes mes connaissances en diététique. J’aimerais montrer que cultiver et consommer ses propres fruits et légumes peut être aussi rapide, moins cher et bien sûr meilleur pour la santé que de manger des plats préparés. Et partager une activité avec des gens proches de nous, de la même ville, c’est quelque chose de sympa."
Une transmission de savoir dans un cadre de proximité, c’est ce qui motive également Géraldine, quadragénaire et agent immobilier, qui voit en ce jardin partagé l’opportunité de peaufiner ses compétences au contact des autres : "j’ai déjà un jardin chez moi mais je souhaite découvrir d’autres types de cultures comme les plantations fl orales ou le potager, explique-telle, je viens pour partager les quelques connaissances que j’ai, tout en apprenant des autres. Il y a aussi une recherche de convivialité, rencontrer d’autres personnes dans un cadre inhabituel, des gens de tous âges que l’on n’aurait pas forcément côtoyés autrement."

  • Renseignements au 01 34 17 84 53

L’apiculture responsable à Saint Gratien

 Le jeudi 7 mai 2015, un rucher municipal composé de six ruches a été installé à l’angle de la rue de l’Avenir et de la rue Hector Berlioz, dans un souci de préservation de la biodiversité et de la sensibilisation aux écosystèmes.

Les abeilles sont indispensables à la pollinisation des arbres fruitiers, de tous les végétaux, pour la production de fruits et légumes, ou simplement pour la préservation de leur espèce. On estime à environ 35% la part de la production mondiale de nourriture dépendante de la pollinisation des abeilles. De plus, leur présence est un indicateur naturel du niveau de pollution d’un territoire. Afin de contribuer à la protection de la biodiversité, conformément aux engagements de l’Agenda 21 de Saint Gratien, l’installation d’un rucher sur la ville, avec l’aide du prestataire "Ma ruche à la maison" spécialisé dans l’apiculture, a vu le jour.
Les six ruches contiennent une population moyenne de 40 000 abeilles par ruche. Les insectes implantés dans le rucher sont des abeilles noires, une espèce locale et menacée, dont la préservation représente un enjeu environnemental important. Le périmètre des ruchers est cerclé d’une palissade en bois avec des fenêtres en plexiglas, pour permettre aux piétons d’observer l’activité des abeilles depuis la rue.
La première récolte du miel local a eu lieu fin juillet 2015. A ce titre 213 pots de 250 grammes ont été vendus au marché de Noël en décembre 2015. La recette sera reversée intégralement à l'association "Générations jardins partagés gratiennois" pour son rôle en faveur de la préservation de la biodiversité.

Renseignements au 01 34 17 84 53

Ateliers compostage du Syndicat Emeraude

 Equipé depuis mai 2013 d’une plateforme de compostage pédagogique, le Syndicat Emeraude propose plusieurs ateliers ludiques durant le printemps. Les habitants des 17 communes gérées le Syndicat peuvent ainsi s’inscrire à l’un de ces ateliers mis en place sur l’Eco-Site, au Plessis-Bouchard.

Avec l’arrivée du printemps, le jardinage redevient d’actualité : tonte de pelouse et taille de haie rendent au jardin son plus bel aspect. Et pour se débarrasser de tous ces déchets végétaux, pourquoi ne pas penser au composteur ? Facile d’entretien, ce nouvel allié se régale de verdure, et permet à son tour de nourrir plantes et arbustes. Véritable jardinier en herbe, le composteur génère un engrais naturel de qualité. En véritable gourmet, il se délecte aussi des restes de repas, de fanes de légumes et autres petits déchets du quotidien…

Et si on faisait le point sur le compostage ?
Le Syndicat Emeraude propose des ateliers compostage gratuits, permettant de s’initier, ou de se perfectionner à la pratique du compostage. C’est aussi le moment d’échanger sur les nombreux trucs et astuces qui rendront optimale la qualité de son compost !

À qui sont ouverts ces ateliers ?
Ces ateliers sont ouverts à tous, et sont également l’occasion de faire l’acquisition d’un composteur. Il est possible d’en commander un dès maintenant. Petit frère du composteur, le lombricomposteur est également un moyen de faire du compost pour ceux qui ne disposent pas de jardin. De plus petite taille, ce dispositif est adapté pour l’intérieur et permet d’obtenir un engrais de qualité pour vos plantes vertes.

Les dates à noter dans votre agenda : Nous vous les communiquerons très prochainement!

 

Attention ! Le nombre de places est limité : inscriptions obligatoires !
Ces ateliers se déroulent sur la plateforme de compostage pédagogique sur l’Éco-site du Plessis-Bouchard : 12 rue Marcel Dassault – 95130 LE PLESSIS BOUCHARD
Informations et inscriptions : 01 34 11 92 91 ou
prevention@syndicat-emeraude.com

Un jardin à partager

 Officialisé en ce début d’année, un  ambitieux projet de jardin partagé va voir le jour dans les prochains mois, pour une ouverture prévue en septembre prochain.

Un jardin conçu, construit et cultivé collectivement par les Gratiennois afin de fédérer les habitants de tous âges autour d’une activité commune et éco-responsable. Telle est la finalité du projet de jardin partagé, en cours de développement et dont la concrétisation est prévue pour le mois de septembre prochain. La création et la gestion pérenne du futur jardin partagé, qui s’étendra sur une zone de 2000m2 au croisement de la rue de l’Avenir et de la rue Hector Berlioz, seront assumées par une association locale avec laquelle la Municipalité va conventionner. L’association, en cours de création, définira elle-même son projet de plantation au sein d’un jardin partagé de type collectif et aux normes écologiques : zéro-déchets, aucune utilisation de produits phytosanitaires, toilettes sèches sur place, cuves de récupération d’eau… Réunis en association, les Gratiennois assureront la gestion du jardin au quotidien. Ce projet se fonde sur des valeurs de solidarité, de convivialité, de lien social, de partage et de transmission de savoir entre les générations et les cultures, autour de la production collective de légumes, fruits, fleurs, plantes aromatiques…
Les personnes intéressées peuvent d’ores et déjà contacter le Service Agenda 21 pour échanger autour de ce projet et faire partie de la future association.

Finalisation du projet de compostage scolaire

Lancé au premier trimestre 2014, le projet de compostage partagé en milieu scolaire a été étendu en fin d’année à toutes les écoles de la ville. Saint Gratien est la première ville du département à avoir mis en place ce système.

actu compostage ecolesAu début de l’année 2014, plusieurs écoles ont été concernées par la mise en oeuvre d’un projet de compostage partagé engagé par la Ville avec l’appui d’un prestataire, la société Terre de Lombric, spécialisée dans l’accompagnement de projets de compostage et de transition. L’objectif est de recycler les bio-déchets issus du gâchis alimentaire de la restauration scolaire, tout en sensibilisant les enfants à ce geste écologique. Les écoles élémentaires Jean Zay, Grusse Dagneaux, Jean Moulin, Jean Jaurès et Raymond Logeais ont été les premières concernées par ce dispositif. La dynamique s’appuie sur l’implication d’agents référents de la collectivité (agents de restauration, Gratien est ainsi la première ville du Val d’Oise à avoir généralisé ce système de compostage dans les écoles. Le suivi de l’opération est assuré par la société Terre de Lombric jusqu’en octobre 2015. Dans les cinq premiers établissements où le projet a été initié, plus de 2,4 tonnes de déchets ont été compostées en quatre mois, soit 40% des déchets alimentaires de cantine. Après un cycle de décomposition progressif compris entre 4 et 6 mois, près de 10 tonnes annuelles de compost pourront potentiellement être récupérées et réutilisées par le Service des espaces verts et les écoles qui le souhaiteront. animateurs…) ayant reçu en amont une formation spécifique aboutissant, après un suivi d’un an, à une gestion autonome du système de compostage. Le Service des Espaces verts joue également un rôle primordial en fournissant la matière brune indispensable au compostage, en quantité suffi sante (broyat de feuilles et de branchages). En fin d’année 2014, le projet s’est étendu sur quatre nouveaux sites de restauration scolaire : les écoles Jean Sarrailh, Edouard Herriot, Jules Ferry et Pauline Kergomard. Le compostage alimentaire concerne désormais les quatorze écoles de la ville, à travers neuf sites de restauration scolaire que fréquentent au quotidien 1300 écoliers. Saint Gratien est ainsi la première ville du Val d’Oise à avoir généralisé ce système de compostage dans les écoles. Le suivi de l’opération est assuré par la société Terre de Lombric jusqu’en octobre 2015. Dans les cinq premiers établissements où le projet a été initié, plus de 2,4 tonnes de déchets ont été compostées en quatre mois, soit 40% des déchets alimentaires de cantine. Après un cycle de décomposition progressif compris entre 4 et 6 mois, près de 1 tonne annuelle de compost pourra potentiellement être récupérée et réutilisée par le Service des espaces verts et les écoles qui le souhaiteront. Depuis la mi-janvier 2016, tous les composteurs (9 sites) ont été renouvelés gracieusement au travers d'un partenariat avec la Syndicat Emeraude.

 La collecte des déchets végétaux reconduite
La collecte des déchets verts, testée pendant quatorze semaines entre le 25 août et le 25 novembre 2014 dans les habitations de type pavillonnaire, a porté ses fruits. Une évaluation réalisée en collaboration avec le Syndicat Emeraude, délégataire de la CAVAM sur la question des déchets, a abouti à la reconduite du dispositif, du 6 mai au 25 novembre 2015. Durant les quatorze semaines de test, 122 tonnes de déchets végétaux avaient ainsi pu être récupérées et mises en plateforme de compostage à Montlignon.

Informations pratiques : le ramassage des sacs papier de déchets végétaux a lieu uniquement le mercredi. Vous pouvez récupérer 10 sacs supplémentaires auprès des Services Techniques (01 34 28 47 00).

La Ville s’engage dans la réduction des déchets papier

Depuis 2010 et la mise en place de son Agenda 21, la Municipalité a entrepris certaines démarches dans le but de mieux gérer sa production globale de déchets papier.

 Parmi celles-ci, une collecte mensuelle de déchets est organisée en porte à porte dans les 14 écoles de la ville pour ramasser le papier produit par ces établissements. Après un premier bilan d’action, ce service de collecte mis en place dans les écoles depuis quatre ans en partenariat avec le Syndicat Emeraude fera très prochainement l’objet d’une redynamisation afin d’optimiser son efficacité.
Désireuse d’étendre ce système de collecte à un plus grand nombre de structures et dans un souci d’éco-exemplarité, la Municipalité a mis en place le tri des déchets papier dans trois de ses structures : la Direction des Services Techniques de l’Urbanisme et de l’Aménagement, le Centre Communal d’Action Sociale et l’Hôtel de Ville. Depuis le mois d’octobre 2013, les déchets de papier produits par les agents municipaux de ces structures sont donc séparés du traditionnel bac jaune (bac multi-flux) et triés dans une poubelle spécifique à couvercle bleu. Les déchets ainsi triés sont repris par un papetier afin d’être recyclés.
Le service Agenda 21 de la Ville a étendu cette collecte de tri du papier à d’autres administrations municipales, en particulier la Direction des Affaires Culturelles et ses différentes antennes (Centre culturel du Forum, Médiathèque Théodore Monod, Médiathèque Motordu, Centre culturel Camille Claudel ainsi que le cinéma Les Toiles depuis février 2015). Dans la même perspective, la Direction des Affaires Culturelles et le service communication ont initié une nouvelle stratégie de communication permettant de réduire considérablement la production de papier. En parallèle de ces démarches, la Ville de Saint Gratien, conformément à la règlementation en vigueur, a adhéré à l’éco-organisme Ecofolio, s’engageant ainsi à respecter le principe de responsabilité élargie du producteur. L’objectif est de produire moins de 25 tonnes de déchets papier par an, sous peine d’une pénalité financière à chaque tonne surproduite, la commune ayant déclaré 10,11 tonnes pour l’année 2014.

  • Plus de renseignements au 01 34 17 84 53

Des éco-gestes pour la ville

Avec la création de son Agenda 21, la Municipalité a instauré plusieurs actions afin d’adopter une démarche éco-responsable sur certains événements mais aussi au quotidien, dans un souci "d’ éco-exemplarité".

Trois poubelles pour mieux trier
 Utilisés lors de certaines manifestations municipales ou associatives, les triptyques de poubelles permettent un tri plus minutieux des déchets à l’occasion d’événements publics sur la ville. Avec une poubelle noire pour les ordures ménagères, une verte pour le verre et une jaune pour le carton et le papier, ce triptyque est mis à la disposition des Services municipaux organisateurs de manifestations extérieures dans une démarche volontaire de responsabilité écologique.

 

Des "éco-verres" pour lutter contre le gaspillage
  Afin de réduire l’utilisation excessive de gobelets en plastique non recyclables, des "éco-verres" sont proposés au public à l’occasion du Festival "Un monde… Des cultures" au mois de juin prochain. Composés de polypropylène et floqués du logo de l’Agenda 21 de la Ville, ces verres sont consignés. Moyennant une caution d’1 Euro, chaque utilisateur peut le garder tout au long des festivités, ce qui évite de jeter de nombreux gobelets non recyclables à la poubelle.

 

Le tri sélectif s’organise aussi en Mairie
Le tri quotidien de ses déchets concerne tous les Gratiennois, y compris les agents municipaux. Un programme de tri sélectif du papier a été mis en place au sein des structures municipales : Mairie, Services techniques, Direction de l’Action sociale ainsi que l'ensemble des bâtiments de la Direction des affaires culturelles et du cinéma Les Toiles. Les feuilles de papier, journaux et magazines, cahiers et prospectus, sont minutieusement séparés des cartons, plastiques, canettes et papiers teintés dans la masse. Par ailleurs, les ordures ménagères sont désormais mutualisées par secteur ou par étage afin de minimiser les erreurs de tri et favoriser une collecte en bout de chaîne par les agents communaux d’entretien. Les déchets papier triés sont alors collectés une fois par mois dans les différentes structures. Ce tri sélectif était déjà organisé depuis 2010 par le Syndicat Emeraude au sein des écoles de la ville. Sur l’année civile 2013, la collecte sur les 17 communes du Syndicat s’élevait à environ 68 tonnes. (Rapport d'activité 2013 du Syndicat Emeraude).

Renseignements : Service Agenda 21 : 01 34 17 84 93

 

Le plan des circulations douces de Saint Gratien

 

Votre élu :

Votre contact :